tema.archi/ c'est fini ?
Rendez-vous en janvier 2017 pour une nouvelle version du magazine.
×
Marseille après la Capitale européenne de la culture

13 novembre 2015 | Par David Abittan

La fête est finie, c’est un documentaire de Nicolas Burlaud qui raconte l’envers des transformations de Marseille à l’occasion de sa désignation en tant que Capitale européenne de la culture en 2013. Le film est sorti la semaine dernière mais continuera d’être projeté à l’occasion d’une tournée dans de nombreuses villes de France.

La fête est finie, de Nicolas Burlaud - Extrait du film

La fête est finie, de Nicolas Burlaud – Extrait du film

Un documentaire sorti sur quelques écrans la semaine dernière, continue de susciter le débat à travers une série de projection prévues dans les prochains mois. La fête est finie, réalisé par Nicolas Burlaud, raconte l’envers des célébrations de Marseille-Provence 2013, lorsque la ville a été désignée « Capitale européenne de la Culture ». Filant la métaphore du Cheval de Troie, le film raconte comment l’événement plébiscité par les Marseillais, a justifié la construction d’une « ville nouvelle » dont les propres habitants de Marseille sont désormais exclus.

Un hôpital public transformé en hôtel de luxe, un embarcadère pour les bateaux provenant du Maghreb déplacé un peu plus loin… La fête est finie recense les différentes étapes de la mutation de Marseille à travers une Opération d’Intérêt National appelée EuroMediterranée : un territoire à l’attention exclusive de nouveaux habitants, plus riches, en lieu et place des anciennes populations y ayant résidé. Comme le dit un commentaire au début du film, partout où il y a Capitale européenne de la culture, la ville mise à l’honneur « ne sera plus jamais comme elle aura été ». Le titre fait d’ailleurs référence aux protestations qui avaient accompagné neuf ans plus tôt Lille 2004.

La fête est finie ne cherche ni à convaincre à travers un discours argumenté, ni à dialoguer avec les défenseurs du projet. Il montre simplement ceux qui se sont élevés contre les transformations de la ville, ceux qui disent ne pas avoir été entendu. Leurs témoignages sont notamment entrecoupés par les images des grandes fêtes organisées à l’occasion de Marseille-Provence 2013, que le commentaire assimile aux célébrations des Troyens autour du grand cheval de bois, une fois amené dans l’enceinte de la ville.

La fête est finie, de Nicolas Burlaud - Extrait du film

La fête est finie, de Nicolas Burlaud – Extrait du film

Le réalisateur Nicolas Burlaud semble ne rien garder de la désignation de Marseille comme Capitale Européenne de la culture. Ni les fêtes donc, ni les rencontres et les discussions qu’un tel événement peut susciter. Ni même le MuCEM, soupçonné d’être « le tombeau » des cultures Européennes et Méditerranéennes, plutôt que leur musée. Le point de vue très tranché ne laisse pas vraiment la place à la contradiction (d’où l’intérêt d’ailleurs des rencontres qui accompagnent les nombreuses projections à venir), mais il a au moins le mérite de nous offrir un contrepoint assez rare sur ce type de grands événements culturels.

Plus largement, et c’est notamment ce qui nous intéresse ici, le film montre aussi l’envers d’une opération de réhabilitations d’envergure. A ce titre, on aurait peut-être aimé voir plus concrètement à quoi correspond ce nouveau plan d’urbanisme maintes fois évoqué dans le film. Mais la seule citation d’une médiatrice chargée de présenter aux habitants le nouveau visage du quartier en dit déjà beaucoup sur le contenu :

« Ce sont des investisseurs privés qui permettent de faire ce projet de renouvellement urbain. (…) Pour rassurer les investisseurs privés, il faut offrir une image de la ville pacifiée, et qui correspond aux critères des villes européennes. C’est vraiment le type d’architecture qu’on voit partout maintenant dans les grandes villes européennes. Alors que si on se retourne, là on a encore un tout petit bout du passé de ce quartier, mais il va bientôt disparaître. »

 

Un discours très caricatural, pour un film qui ne fait pas non plus dans l’idéalisation, mais qui a au moins le mérite d’amener une réflexion assez rare.

TOUTES LES SEANCES DU FILM ICI (SITE OFFICIEL)

 

La fête est finie, de Nicolas Burlaud - Affiche du film

La fête est finie, de Nicolas Burlaud – Affiche du film

 

PARTAGER CET ARTICLE
FACEBOOK TWITTER GOOGLE+
#Like